identification
OPEDs
colportages
conférences
contact
 
 
-:-:-:-gloshmol-:-:-:-
- colporteur
- réalisations

 

 

art / architecture

Architecte diplômé, enseignant en école d’architecture, je nourris une relation étroite avec l’architecture. J’ai travaillé à de nombreuses occasions en tant qu’artiste sur des projets d’architecture ou d’urbanisme. C’est dans le cadre de ces missions que j’ai construit mon travail artistique.

langage

Ma relation à l’architecture est familière, les langages manipulés par l’architecte ne me sont pas étrangers, je les connais comme je connais les contraintes et les enjeux qui sous-tendent sa pratique.
Cette langue décrit une discipline. De cette discipline je peux reprendre à mon compte, au compte de ma pratique artistique les points suivants :
- une discipline emprunte d’une concrétude parfois brutale (nécessité d’usage, réglementations...)
- le dialogue avec les acteurs variés de la ville
- une transformation pour une vie meilleure

contexte

C’est dans le contexte que je puise une part importante de mes ressources. Les techniques de représentation permettent d’engager un dialogue avec l’espace de nos pratiques quotidiennes. La représentation vise à rendre à nouveau présent une chose à laquelle on accorde une existence. C’est ce contexte qui dit ce qu’il faut faire et moi je dis comment.
Chacun de mes projets nécessite un temps long consacré à la pratique et à l’analyse du site, de l’existant.

dessin

Le dessin est au coeur de ma pratique et de mon enseignement. Il est un lieu d’expériences et de mise en oeuvre de matière. La transposition d’espaces dans le plan engage des mécaniques ouvertes.
Sur mon site je mets en ligne plus de 10000 dessins parce que rien ne permet plus simplement de partager un espace désiré, une urbanité pacifiée.

matière et fabrique

L’artiste comme l’architecte peut être convaincu que la matière n’est pas inerte. Je la travaille, la malaxe, la regarde jusqu’à ce qu’elle me dise ce qu’il faut que je fasse avec. Ma production n’est pas virtuelle ni dématérialisée, elle est physique et actuelle. Ce travail permet d’engager une matière raisonnée dans son métabolisme, dans sa fabrique et dans son coût.
De 2009 à 2013 j’ai présidé une association d’artistes dans un lieu de création, un atelier de 600 m² sur un aérodrome à côté de Versailles. Nous y avons partagé des techniques, des savoir-faire, des machines. J’ai pu y réaliser des sculptures de grande dimension et m’y consacrer à des recherches brutes (livrets joints).

document

Dessins, peintures, photographies, maquettes, gravures ... les pièces que je produis respectent un certain nombres de règles qui participent de la construction de leur statut de document.
Dans chaque situation il y a une production de dessins qui ont vocation à partager une information, à être diffusés. Ainsi les règles de forme et d’archivage permettent des éditions de livrets, la mise en ligne de ces documents et des dispositifs facilités pour exposer les oeuvres.

réalisation

Le dessin, la fabrique, les règles de document ... ces méthodologies construisent un cheminement qui doit conduire à la réalisation. Je tiens à contrôler l’étape décisive et essentielle de la réalisation de l’oeuvre. Je tiens à ne mettre en oeuvre que des techniques que je suis en mesure de réaliser.
Pour le 1% de la Halle aux Farines (commande publique Université Paris 7 Denis Diderot, 2009) j’ai pu assurer la réalisation d’une sculpture monumentale sans maîtrise d’oeuvre déléguée.

espace sensible

Si l’art est étranger à sa langue c’est parce qu’il la construit et la réinvente pour en faire une langue vivante. Les méthodologies que je construis visent à donner corps à une entité qui échappe car c’est là que l’espace s’incarne, qu’il est habité.